Soutien psychologique cancer : l’aide précieuse de la famille et amis !
120
post-template-default,single,single-post,postid-120,single-format-standard,qode-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,pitch-ver-1.8, vertical_menu_with_scroll,grid_1300,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
Parler du cancer du sein à ses proches

Famille et amis : le réconfort sans ordonnance

Face au diagnostic d’un cancer féminin, vos proches  peuvent vous apporter un soutien inestimable. Cependant, du protocole de soin à la guérison,  les choses ne sont pas toujours faciles ni pour eux ni pour vous. Voici quelques pistes pour qu’une communication authentique et réconfortante se mette en place.

Autorisez-vous à être vous-même envers vos proches

Votre conjoint en premier lieu, mais aussi vos frères, sœurs, parents, enfants, amis, sont votre meilleur soutien pendant cette épreuve de votre vie, à condition que vous les y autorisiez.

Bien souvent, vos proches ont peur d’être maladroits en vous parlant trop ouvertement de votre maladie. C’est à vous d’oser mettre en mots ce que vous ressentez au jour le jour. Cherchez à être au plus près de vos propres sentiments et exprimez-les de la manière la plus simple possible.

Sauf exception, car vous avez le droit de craquer, essayez de ne pas accabler celui qui vous écoute en déversant sur lui d’un seul coup le trop plein de vos émotions. Parlez vrai, mais si possible par petites touches, en vous concentrant sur le sentiment qui domine en vous aujourd’hui : peur, espoir,  révolte, tristesse, détermination…

Abordez le sujet de front vous semble compliqué ? Pourquoi ne pas faire un premier pas à l’écrit. Une lettre, un mail ou simplement quelques mots bien choisis vous aideront à amorcer la conversation. Prendre le temps de les poser vous aidera également à y voir plus clair sur vos ressentis.

Osez demander de l’aide et du réconfort

Un cancer féminin est une maladie longue, jalonnée de traitements et d’étapes difficiles. Il est tout à fait normal que vous attendiez aide et réconfort de votre conjoint et de vos proches, mais eux-mêmes se sentent souvent désemparés et impuissants. Là encore, osez leur demander de l’aide, en exprimant vos besoins avec simplicité et précision.

Demandez, par exemple, à votre sœur de vous accompagner à votre prochaine séance de chimiothérapie, à votre conjoint de vous masser les épaules, à votre amie de vous faire les courses

Exprimez également votre désir de recevoir des coups de téléphone, des mots d’encouragements, des visites… Vos proches seront heureux et eux-mêmes réconfortés d’avoir pu vous faire plaisir ou vous rendre service.

Partagez la vie et les émotions de vos proches

La maladie est une épreuve d’abord et avant tout pour vous-même, mais aussi pour vos proches. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour vous, mais n’osent pas toujours vous raconter les anecdotes de leur propre vie, encore moins vous faire part de leurs difficultés du moment.

Lorsque vous le pouvez, interrogez-les sur eux-mêmes. A votre tour, prêtez-leur une oreille attentive et ce faisant, laissez-vous entrainer momentanément hors de votre propre vécu, loin de votre maladie. De tels moments d’écoute et de partage renforceront vos liens et vos proches seront d’autant plus enclins à vous écouter, vous, la prochaine fois.

S’ils paraissent si forts, nos hommes sont pourtant fragilisés face à l’épreuve du cancer

Prêtez une attention particulière à votre conjoint

Directement impacté par les conséquences d’un cancer féminin, le conjoint est souvent désemparé et le couple malmené. Dans son intimité, avec une libido moins gourmande, dans ses projets, laissés en suspens, dans son quotidien, bouleversé par les traitements et la maladie. Faute de savoir exprimer sa souffrance, ou la partager, le couple voit parfois ses liens se distendre. Une épreuve supplémentaire dans ces instants déjà difficiles.

Conserver, tant que possible, ses rituels de couple, prendre le temps d’échanger sur ses ressentis et ses peurs, impliquer son partenaire dans les décisions importantes, l’accompagner pour appréhender ce nouveau corps ou simplement le regarder et se demander ce qui lui ferait du bien, à lui, sont autant de petits instants précieux qui serviront votre complicité.

S’ils paraissent si forts, nos hommes sont pourtant fragilisés face à l’épreuve du cancer. Ils ont peur. Peur de mal faire mais aussi de faire mal. Peur de perdre celle qui partage leur vie. Peur de ne pas savoir la retrouver. Rester femme pendant son cancer, c’est aussi prendre soin de son homme !

Soutenez une bonne cause : moi !

Votre sourire m’est indispensable les jours un peu gris…

Votre aide est précieuse, au quotidien comme dans les moments difficiles

Mon homme, j’en prends soin comme il prend soin de moi

Moi aussi, je suis là pour vous…

Aucun commentaire

Laisser un commentaire :