Cancer féminin : focus sur les nouveaux traitements, plus efficaces et moins contraignants
1714
post-template-default,single,single-post,postid-1714,single-format-standard,qode-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,pitch-ver-1.8, vertical_menu_with_scroll,grid_1300,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
traitements cancer et effets secondaires

Cancer féminin : traitements plus efficaces, effets secondaires amoindris

Si, par le passé, les recherches se sont concentrées sur les moyens de détruire les cellules cancéreuses, ces dernières années, elles se sont davantage focalisées sur leur mode de développement. Ainsi de nouveaux traitements sont apparus, offrant aux patientes de nouvelles perspectives de guérison.

Les thérapies ciblés : plus efficaces et moins toxiques

L’arrivée des thérapies ciblées a littéralement révolutionné le traitement des cancers, notamment celui des leucémies et des cancers du sein. Ainsi, avec le traitement anti HER 2, seules les cellules malades sont attaquées, et non les cellules saines.

Des traitements prescrits aux femmes réceptives après la chirurgie, et qui limitent sensiblement les risques de récidive.

D’autres traitements ciblés agissent, eux, sur les cellules des vaisseaux par lesquels les tumeurs se nourrissent. L’utilisation de ces médicaments, associés à une chimiothérapie asphyxie les cellules cancéreuses

Traitements : des tactiques thérapeutiques ajustées

Aujourd’hui, c’est une véritable stratégie thérapeutique qui est menée et affinée en fonction de différents critères tels que le profil génétique de la tumeur ou encore l’âge et environnement de la patiente. Les traitements administrés font, quant à eux, l’objet de recommandations cliniques régulièrement mises à jour.

Chirurgie : finies les mutilations

Face aux cancers féminins, le traitement conservateur est davantage privilégié que par le passé. Ainsi, chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, la mastectomie ne sera prescrite que dans certains cas : présence de plusieurs tumeurs au même sein, tumeur trop volumineuse ou récidive.

Face à une tumeur inférieure à 3 cm, le traitement conservateur sera toujours privilégié. Entre 3 et 4 cm, les médecins tenteront de faire « fondre » la tumeur avant opération par chimiothérapie ou radiothérapie.

Chimiothérapie : des effets secondaires réduits

Par une meilleure écoute de la patiente et par la prescription de soins alternatifs, les effets secondaires des chimiothérapies, tels que nausées et vomissements, peuvent être efficacement combattus.

Ainsi, certains établissements proposent l’auriculothérapie. Cette acupuncture pratiquée sur l’oreille efficace contre le syndrome main-pied, les problèmes de salivation et les bouffées de chaleur. Elle est également indiquée pour la phase post traitement.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire :